Les sœurs jumelles « épouses » de Mobutu

Mobutu est le seul chef d’Etat au monde à avoir eu des jumelles comme compagnes. C’est l’histoire de deux sœurs : Bobi et Kosia.
Avant de devenir l’une des épouses du Maréchal Mobutu, Bobi Ladawa a d’abord été l’une maîtresse de ses nombreuses maitresses. C’est en 1980, peu avant la visite du Pape Jean-Paul II au Zaïre que Mobutu va décider de l’épouser.
Le Maréchal Mobutu sait que sa nouvelle épouse a une sœur jumelle ; les deux femmes se ressemblent comme deux gouttes d’eau. Mobutu va aussitôt décider de se lancer à la conquête du cœur de la sœur jumelle de son épouse. Celle-ci va commencer à fréquenter discrètement le Président dans le dos de sa sœur. Elle devient la maitresse du mari de sa sœur. Le secret sera ébruité. Voilà comment des sœurs jumelles sont devenues rivales pour un homme.
En réalité , Kosia était la femme de Litho, oncle de Mobutu qui avait à peu près le même âge que lui et avec qui il avait passé toute sa jeunesse. Mobutu a connu Bobi, grâce à Litho qui était marié à Kosia. A cette époque, Mobutu était marié à mama Mobutu, qui décédera en 1977. Lorsque son oncle Litho meurt en 1981, une année après son mariage avec Bobi , Mobutu décide de rapprocher les deux soeurs en épousant Kosia.
Faisant preuve d’hauteur, Bobi va consentir à partager son époux avec sa sœur mais le deal était que cette dernière devait se résoudre à jouer les seconds rôles. C’est ainsi qu’on va voir Mobutu s’afficher fièrement avec les sœurs jumelles. Lors des cérémonies officielles, Kosia s’affichait généralement derrière sa sœur dans la tribune d’honneur. Les deux femmes l’accompagnaient partout en public, habillées de façon identique.


Finalement, la cohabitation entre les deux sœurs sera globalement bonne malgré quelques couacs inhérents à la rivalité entre deux « co-épouses ». Avec Mobutu, Bobi a eu quatre enfants (deux garçons et deux filles) : Nzanga, Giala, Toku et Ndokula. Avec Mobutu, Kosia (la seconde première dame) n’a eu que des filles : Yalitho, Tende et Sengboni.
Mobutu était un véritable homme à femmes. Il multipliait les conquêtes célibataires ou mariées. Pour imposer sa domination sur ses ministres, il n’hésitait pas à coucher avec les épouses de ses derniers. Il suffisait juste que l’épouse d’un de ses collaborateurs ou ministres lui tape à l’œil et cette dernière devenait une amante passagère ou perpétuelle.
Pour des raisons mystiques, il raffolait des jeunes filles vierges. A l’occasion de ses déplacements dans le pays profond, il aimait passer ses nuits en compagnie de jeunes filles vierges.
Bobi Ladawa était réputé pour éliminer ou éloigner ses rivales. En dehors de sa sœur jumelle, elle les a toutes éloignées. Elle aurait utilisé des moyens obscurs pour se débarrasser de ses rivales notamment de celles qui étaient surnommées « mama Sese » et « Mama 41 ». Mama 41 serait tombé mystérieusement aveugle lorsque Mobutu était sur le point de l’épouser. Lorsqu’elle recouvrit la vue, c’était déjà trop tard car Mobutu avait déjà épousé Bobi Ladawa. Mama Sese est la première épouse de Mobutu décédée en 1977, elle va lui donner 9 enfants.
Les sœurs jumelles Bobi et Kosia ont été les dernières compagnes de Mobutu Sese Seko. Elles vont l’accompagner dans son exil au Maroc où il rendra l’âme.
Reconnue comme veuve officiel, Bobi Ladawa reçoit de l’État congolais une pension de 7 000 dollars mensuels.
Elles vivent essentiellement à Rabat au Maroc et voyagent régulièrement pour l’Europe (Belgique, France) où elles détiennent des propriétés notamment au Portugal. Elles avaient juré ne pas retourner au Congo tant la dépouille de Mobutu ne sera pas retourné au Congo et tant que des funérailles nationales ne seront pas organisés en sa mémoire.
Mobutu avec ses nombreuses maîtresses banalisa le phénomène de « deuxième bureau » au Congo. L’exemple vient d’en haut.
Arol KETCH – 30.06.2021
Rat des archives

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!