Marguerite Barankitse, « Maman aux 10 000 enfants »

Née en 1957, celle qu’on surnomme tendrement « Maggy » consacre sa vie depuis 1993 au service des orphelins et des démunis du Burundi ce qui lui a valu les surnoms affectueux de « Maman aux 10 000 enfants » ou encore « Mère Teresa africaine ».
« Maggy » a commencé à abriter et à nourrir 25 enfants en 1993, lors des pires moments de la guerre civile du Burundi. En cette année de 1993, 72 personnes ont été massacrées devant ses yeux, elle-même y ayant échappé de justesse
Devant l’afflux d’enfants orphelins ou sans domicile, elle décide de créer au début de 1994 une ONG, Maison Shalom, dans des bâtiments prêtés par l’évêché de Ruyigi. La même année, elle ouvre des centres à Gisuru et Butezi (qui resteront actifs respectivement jusqu’à 2001 et 2003).
Depuis, « Maggy » et son équipe en ont ouvert d’autres à travers le pays pour accueillir, soigner, éduquer et insérer dans la société des enfants et adolescents victimes de la guerre, du sida ou tout simplement de la misère et de l’abandon ; ceci sans distinction ethnique. En 2004, on estimait à 20 000 le nombre d’enfants ayant bénéficié directement ou indirectement de l’aide de « La Maman aux 10 000 enfants ».
L’étendue de son action lui a valu une immense reconnaissance dans le monde entier. « La Mère Teresa africaine » a reçu de nombreuses récompenses internationales, dont le prix prévention des conflits attribué par la Fondation Chirac et doté de 100 000 euros qui lui a été remis en novembre 2011 par l’ancien secrétaire général des Nations unies, Koffi Annan.

En Décembre 1998, la médaille de défenseur des droits de l’homme lui est attribuée par le gouvernement français dans le cadre des cérémonies de la célébration du 50ème anniversaire de la déclaration universelle des droits de l’homme de 1948. À ce jour, dix personnes ont reçu cette distinction, dont le Dalaï-Lama et Ligoberta Menchu.
En Novembre 2001, elle reçoit le Prix Nord-Sud du Conseil de l’Europe ; l’ancien Président du Portugal Monsieur Mario Soares. En Mai 2004, elle est lauréate en même temps que Koffi Annan, ancien Secrétaire des Nations Unies du Four Freedom award décerné par Franklin Eleanor Roosevelt Institute pour le travail de protection des droits des enfants.
En Juin 2004, elle est lauréate du Voices of Courage Award de la Women’s Commission for Women and Children aux États-Unis. Le 18 Novembre 2008 est lauréate de l’Opus Prize décerné aux USA par l’Université de Seattle et par la fondation Opus Prize.
Alors que beaucoup la surnomme la « Mère Teresa d’Afrique », Marguerite Barankitse répond avec humilité « Non, je suis juste une petite Maggy, qui a choisi la vie. Et qui rêve d’un monde où il fait bon vivre… Je suis convaincue que la vie est une fête. C’est à nous d’éloigner ces nuages. Nous avons assez d’amour et de richesses pour que tout le monde vive dans la dignité « 
Arol KETCH – 07.06.2021
Fourmi Magnan égarée

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!