Le Siège de WACO

Aujourd’hui, je vais vous raconter une autre histoire qui illustre à suffisance les dérives des mouvements sectaires. C’est l’histoire de l’un des drames les plus notables qu’ait connu l’Amérique contemporaine ; où comment un individu dans sa paranoïa a conduit 86 personnes à la mort. La liberté de culte est consacrée par la constitution aux Etats-Unis. La liberté de religion est une liberté absolue aux Etats-Unis. Et très souvent, cette liberté conduit à des dérives meurtrières.Les Davidiens constituent un mouvement religieux issu de l’Église adventiste du septième jour. En 1981, un certain Vernon Wayne Howell déménage à Waco où il se joint à la communauté des Davidiens. Il a 22 ans. En 1983, il affirme avoir eu des révélations divines et être porteur d’une prophétie. Notons que c’est un jeune garçon qui a eu une enfance difficile ; il tient absolument à obtenir sa revanche sur la vie.

Il a perdu son père alors qu’il avait à peine 2 ans. Durant son enfance, il est violé à plusieurs reprises par des garçons plus âgés. Dyslexique, il a de très mauvais résultats scolaires au point d’être surnommé par ses camarades « l’attardé mental ». Il quitte l’école, et trouve refuge dans la prière et la religion. A l’âge de 12 ans, il connaît déjà le nouveau testament par cœur. A partir de 1983, il déclare avoir le don de prophétie. Il se rapproche des leaders du mouvement des davidiens. Il réussit à séduire Lois Roden, une femme d’une soixantaine d’années qui est alors leader du groupe. Ce, afin d’avoir une certaine influence au sein du mouvement. Il fomentera un putsch pour prendre la tête de la communauté. Peu à peu, il commence à prêcher la polygamie ; il proclame que 140 femmes lui sont destinées, 60 en tant que ses « reines » et 80 en tant que ses concubines. Toutes les femmes lui appartiennent même celles des fidèles. Il va commencer à multiplier les concubines et la majorité sont des mineures qui n’ont même pas 14 ans. Après un voyage en Israël en 1985, il dit avoir eu une vision et affirme que la résidence du Mont Carmel à Waco est le centre du royaume de David. Il s’y établit et devient le leader d’un groupe de dissidents. Il se fait désormais appeler David Koresh.

En mai 1992, un postier charger de livrer un colis à la résidence des Davidiens au Mont Carmel est intrigué par le poids du colis ; il l’ouvre et découvre alors des grenades et de la poudre noire. Il alerte aussitôt le shérif du comté et celui-ci saisit l’ATF (bureau fédéral des alcools, tabacs, armes à feu et explosifs). Ce bureau décide d’infiltrer la secte ; c’est ainsi qu’ils vont découvrir que le groupuscule sectaire est lourdement armé : un peu plus de 150 armes, 200 000 balles, des grenades. Le groupuscule infiltré est discrètement mis sous surveillance. Finalement, un mandat de perquisition et un mandat d’arrêt sont émis pour perquisitionner la résidence des Davidiens, arrêter le leader de la secte (David Koresh) et ses fidèles lieutenants sur la base de la détention illégale d’armes lourdes.Un raid se prépare ; il est planifié pour le 1 er mars 1993. Seulement, trois jours avant le raid un journal local publie un article portant des accusations graves contre le gourou de la secte : viols, pédophilie, violence, polygamie etc. Cette information provoque une onde de choc et les médias se préparent à assaillir la résidence des davidiens pour voir ce qui s’y passent en réalité. Le raid prévu pour le 1er mars est finalement avancé au 28 février.

Au matin, une soixantaine de policiers encercle la résidence du Mont Carmen. Alors que les agents de l’ATF se préparent à aller présenter leurs mandats de perquisition et d’arrêt ; suite à un quiproquo, de violents échanges de coup de feu vont se déclencher entre les membres de la secte et les agents de l’ATF. Le gourou est blessé au poignet et à l’abdomen. Dans ce fleuve de tirs violents, un davidien reclus avec sa femme et ses enfants dans la résidence, réussit à appeler un numéro d’urgence pour implorer aux autorités d’arrêter les tirs. Mais confronté à la résistance farouche de quelques davidiens déterminés, un groupe de 8 agents de l’ATF soutenus par un hélicoptère décident de pénétrer dans la résidence à partir du toit. La moitié de ces agents sera liquidée par les davidiens et 6 davidiens vont perdre la vie au cours de cet affrontement.L’opération est un fiasco. Le FBI est appelé à la rescousse et reprend les opérations en main. Le gourou de la secte est carrément interviewé par CNN ce jour-là. Le FBI coupe toutes les communications pour empêcher le gourou de parler de nouveau avec la presse.

Le FBI décide de négocier avec les assiégés. Les davidiens vont rester retranchés à l’intérieur de leur résidence pendant 51 jours qui verront 25 négociateurs essayer comme des beaux diables de ramener le gourou à la raison. Celui-ci est convaincu qu’il sera abattu s’il sortait. Dans l’optique de le rassurer, les négociateurs lui autorise même à diffuser un message de 58 minutes sur les radios chrétiennes à travers tous les Etats-Unis. Quelques reclus vont se rendre, les négociateurs parviennent à faire sortir 19 enfants de moins de 12 ans, sans leurs parents. Le gourou de la secte devient peu collaboratif et dit attendre un signe de Dieu. Devant cette impasse, après 51 jours de siège, le FBI décide de lancer l’assaut, les négociateurs sont convaincus que le groupe serait sur le point de commettre un suicide collectif. Un incendie se déclenche à l’intérieur de la résidence à deux endroits différents.

L’assaut est lancé et le gourou est abattu. Il meurt à 33 ans comme le christ dont il disait être la réincarnation. Surprise, le gourou est mort d’une balle dans la tête tirée par son bras droit qui l’a abattu avant de se suicider lui-même d’une balle dans la bouche.L e bilan humain final est de 86 morts (incluant les agents et les davidiens). 76 davidiens ont péri dans les flammes. La plupart de ceux-ci ont été tués d’une balle dans la tête avant de périr dans les flammes. Seulement 9 personnes ont réussi à s’échapper. Aucun des 21 enfants de la secte n’a survécu. Le FBI et le bureau fédéral des alcools, tabacs, armes à feu et explosifs sont sévèrement critiqués pour la gestion de cette affaire. La stratégie policière utilisée a été jugée comme une erreur par des sociologues et spécialistes des religions. Le chef du FBI avait fait appel à un psychologue réputé et spécialisé dans la prise d’otages. Mais selon des sociologues, c’était là une erreur, car les sectes ne réagissent pas comme la plupart des preneurs d’otages. Cet assaut raté a fait couler beaucoup d’encres et de salives.Le Président Bill Clinton va déclarer avoir été furieux « d’avoir donné son assentiment à ce raid, auquel il ne croyait guère. A seulement 33 ans, le gourou a au moins 15 enfants avec des femmes et jeunes filles de la secte.

Arol KETCH – 02.08.2021

Rat des archives

Fourmi Magnan égarée

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!