La beauté du diable : Ted Bundy

Il s’était déclaré « le plus grand fils de pute sans cœur qui puisse exister ». Et son avocate avait confirmé cela en affirmant : « Il était la définition même d’un démon sans cœur…il était l’incarnation du diable »C’est l’histoire de l’un des pires tueurs en série de l’histoire de l’humanité. Le diable incarné dans un corps d’ange. En apparence, Ted Bundy était un bel homme, garçon adorable, charismatique, très sympathique, particulièrement intelligent, diplômé en psychologie, le gendre idéal…bref insoupçonnable. Et pourtant, il a été l’auteur de pires atrocités. Les mots manquent même pour qualifier la cruauté de ses crimes. Il est impossible de déterminer l’année du premier crime de Ted Bundy. Mais toujours est-il que son mode opératoire est le même. Il choisit ses victimes dans des lieux publics. Simulant, un handicap ou une blessure, un bras en écharpe, une béquille, il demande de l’aide à sa victime pour l’amener à sa voiture, en général volée.Il propose alors aux jeunes filles de les raccompagner et c’est alors qu’il déclenche sa folie meurtrière et les agresse sauvagement. A l’aide d’objets divers, il les assomme pour qu’elles perdent connaissance. Il prend plaisir à les assommer et à les réanimer car il prend plaisir à les voir mourir.

Certaines sont retrouvées mortes, violemment mutilées et d’autres disparaissent, et ne seront jamais retrouvées. Il revisite régulièrement ses scènes de crime pour y commettre des actes sexuels avec les corps en décomposition de ses victimes. Il a décapité au moins douze de ses victimes et gardé quelques-unes des têtes tranchées dans son appartement en guise de souvenir et de trophées. A chaque fois qu’il commet un nombre considérable de victimes dans une ville, il déménage et change d’Etat pour continuer son épopée criminelle. Dans les années 70 la presse l’avait surnommé : « le tueur de femmes » car ses victimes sont exclusivement des femmes. En 1975, il est incarcéré pour une tentative d’enlèvement et d’agression sexuelle ; bien qu’il clame haut et fort son innocence, il est reconnu coupable. Il est soupçonné d’être l’auteur de plusieurs meurtres mais on ne dispose pas à ce moment-là d’assez d’éléments pour l’inculper.

La police le relie néanmoins à un meurtre survenu dans le Colorado ; il doit comparaitre au tribunal. Le jour du procès, il fait semblant de bouquiner tranquillement dans un coin du tribunal en attendant le début de son procès. Profitant d’un moment d’inattention des surveillants, il s’enfuit par l’une des fenêtres, et se volatilise dans la nature. Il sera arrêté sept jours plus tard, et remis en prison en attendant d’être jugé. Ted Bundy sait le sort qui l’attend si on découvre l’ensemble de ses crimes, il est décidé à ne pas croupir en prison pour le restant de ses jours. Quelques mois après sa première évasion, il réussit à s’évader pour une seconde fois. Pour préparer son coup, Il s’était affamé, pour ne peser que 60 kilos et réussir à passer par la trappe située dans le plafond de sa cellule.

Direction la Floride où il laisse parler violemment sa folie meurtrière. Il enchaine les meurtres crapuleux. Il fait désormais partie de la liste des 10 criminels les plus recherchés par le FBI. Il est finalement capturé en Floride en 1978 et est condamné à mort à 3 reprises lors de deux procès différents pour les homicides à caractères sexuels commis en Floride. Le jour de son dernier procès, il apparaît confiant et fait part de son envie de parler à la presse. Ce qui lui sera refusé. On va lui retorqué : « c’est un tribunal, pas un cirque ». Ce qui va frapper l’opinion publique, c’est la fascination et le charme que ce criminel exerce sur les femmes. C’est un séducteur. Plusieurs jeunes filles sous le charme de ses yeux bleus viendront lui apporter leurs soutiens lors de ces procès. Elles confieront même à la presse les déclarations suivantes : « Il n’a pas la tête d’un tueur en série », « C’est un très beau garçon, je voudrais qu’il m’épouse et me fasse l’amour chaque jour ». Depuis sa cellule, il recevait des centaines des lettres d’amour des admiratrices.

Le juge le condamne à passer sur la chaise électrique, après l’avoir décrit comme un homme extrêmement mauvais, incroyablement diabolique et ignoble. Il est condamné à mort, pour seulement quelques meurtres qu’il avait commis. Ceux pour lesquels la justice avait réuni des preuves incontestables de sa culpabilité. Malgré cela, il a persisté, contre toute évidence, à clamer son innocence pendant plus de dix ans !Il restera longtemps dans le couloir de la mort et va en profiter pour faire un enfant étant en prison avec une admiratrice devenue sa petite amie qui avait accepté sa demande de mariage au beau milieu de son procès.Ted Bundy est finalement exécuté le 24 janvier 1989, sur la chaise électrique de la prison de Raifort Starke en Floride. Il avait 43 ans. Le jour de son exécution, une immense fête sera organisée sur la cour de la prison par des badauds ; même les gardiens feront la fête. Le journal célèbre le Time va même le désigner homme de l’année 1989.Ce n’est que 3 jours avant son exécution, qu’il avait finalement avoué avoir commis « au moins » trente homicides dans 7 États différents entre 1974 et 1978, année de son arrestation

.Avec 36 assassinats répertoriés à son compteur, l’homme n’en finit pas de fasciner les psychologues en quête de réponses à une question : d’où pouvait bien venir cette folie meurtrière ?

Arol KETCH – 04.08.2021

Rat des archives

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!