17 Janvier 1961 – 17 Janvier 2022- 61ème anniversaire de l’assassinat de Patrice Lumumba


Patrice Emery Lumumba fut le premier Premier ministre du Congo (actuelle RDC) de juin à septembre 1960. Il est l’une des principales figures de l’indépendance de ce pays et est considéré comme le premier « héros national » de son pays.
Son discours prononcé lors de la cérémonie d’accession à l’indépendance de son pays en présence du Roi Baudouin de Belgique restera à jamais mémorable. Ce jour-là, Lumumba prononce un discours virulent dénonçant les abus de la politique coloniale belge depuis 1885. Son discours proclame vivement que l’indépendance marque la fin de l’exploitation et de la discrimination, le début d’une ère nouvelle de paix, de justice sociale et de liberté. A travers ce discours, Lumumba signe son arrêt de mort.
Voici le récit de l’assassinat de Lumumba ; le 17 janvier 1961 Patrice Lumumba, Maurice Mpolo et Joseph Okito sont conduits par avion à Élisabethville au Katanga et livrés aux autorités locales.
Pendant le vol, lui et ses deux partisans furent battus si brutalement que le pilote se plaignit du fait que l’avion risquait de s’écraser. A 16h50, le DC 4 qui transporte les prisonniers atterrit sur l’aéroport d’Elisabethville.
Sortis de l’avion, ils sont méconnaissables. Malgré leurs états, les prisonniers sont frappés à coups de cross puis jetés dans une jeep où ils se feront marcher dessus par des soldats. Ils seront conduits dans une petite maison sous escorte militaire où ils seront ligotés et humiliés par les responsables katangais parmi lesquels Moïse Tshombé, Munongo Kimba, Kibwe, Kitenge mais aussi les Belges Gat et Vercheure.
Vers 22h ils sont conduits dans la forêt, ils s’arrêtent dans une région marécageuse, bordée d’une savane boisée. Ils seront fusillés le soir même par des soldats sous le commandement d’un officier belge.


La mort de Lumumba déclenche d’importantes manifestations dans le monde entier. Les manifestants protestent contre cet assassinat lâche et crapuleux.
Tschombé considérait Lumumba comme son pire ennemi. En effet, juillet 1960, Tshombe et la confédération des associations tribales du Katanga (CONAKAT) déclarent unilatéralement la sécession de la riche province du Katanga du reste du Congo. Face à cette velléité sécessionniste, Patrice Lumumba sollicite l’intervention des Nations unies pour empêcher la sécession de son pays. Tschombé ne lui pardonnera jamais cela.
Lumumba a été assassiné avec la complicité d’un consortium Américano-Belge (CIA et services secrets Belges) et avec le soutien français pour être remplacé par un dictateur « made in Occident » plus favorable aux intérêts occidentaux : le vassal Mobutu.
En 1966, Mobutu qui avait livré Lumumba à Tshombé le proclame héros national : « Gloire et honneur à cet illustre congolais, à ce grand africain ; premier martyr de notre indépendance économique, Patrice Emery Lumumba ! Parce qu’il avait vu clair, parce qu’il avait compris que l’indépendance politique ne vaut rien du tout si elle ne repose pas sur une véritable indépendance économique ».
« Un jour, l’histoire aura son mot à dire, mais ce ne sera pas l’histoire qu’on enseigne à l’ONU, à Washington, Paris ou Bruxelles, mais l’histoire qu’on enseignera dans les pays libérés du colonialisme et de ses marionnettes. L’Afrique écrira sa propre histoire. Une histoire faite de gloire et de dignité » Patrice Lumumba
Arol KETCH – 17.01.2022

Rat des archives

Fourmi 🐜 Magnan égarée

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!