Amilcar Lopez Cabral, l’intellectuel révolutionnaire

20.01.1973 – 20.01.2022 : Il y a 49 ans la mort d’Amilcar Cabral

Né en 1924 à Bafatá en actuelle Guinée-Bissau, de père Capverdien et de mère Guinéenne, Amilcar Lopez Cabral, Abel Djassi de son pseudonyme, est le fondateur du parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert, PAIGC (Partido Africano da Independência da Guiné e Cabo Verde), qui amena à l’indépendance ces deux Etats colonisés par le Portugal.

Le jeune Amílcar Cabral part en 1945 au Portugal pour y étudier l’agronomie. À Lisbonne, il rencontre des étudiants des colonies qui s’engagent comme lui pour l’indépendance de leurs pays, Agostinho Neto (MPLA) en Angola ou Eduardo Mondlane et Marcelino dos Santos (Frelimo) au Mozambique. De retour au pays, il participe en 1956 à la création du PAIGC, le Parti africain pour l’indépendance de la Guinée et du Cap-Vert. Le parti dirigé par Cabral organise et forme politiquement la société, puis débute la lutte armée en 1963 à partir des milieu ruraux de Guinée.

Panafricaniste dévoué et convaincu, Cabral considérait son combat comme l’une des étapes devant conduire à l’émancipation du peuple africain et à la création d’une union africaine. Le 20 janvier 1973, Amilcar Cabral est froidement assassiné à Conakry (Guinée-Conakry) soit six mois seulement avant l’indépendance de la Guinée-Bissau. Cabral ne verra donc jamais la reconnaissance de l’indépendance de la Guinée-Bissau et du Cap-Vert par le Portugal le 10 septembre 1974, cause pour laquelle il a combattu pendant plus de vingt ans. Il ne connaitra pas les joies, le bonheur de vivre les moments de la libération du peuple pour lequel il s’est battu.

Les assassins de Cabral sont des membres de son parti, manipulés par les autorités portugaises et bénéficiant de complicités au plus haut niveau dans l’État guinéen.

Arol KETCH – 20.01.2022

Fourmi Magnan égarée

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!