L’espionne allemande qui aimait Fidel Castro

Le 17 mars 1960, le gouvernement américain d’Eisenhower prend la décision formelle de renverser le gouvernement cubain. Dès 1960, la CIA prend contact avec la mafia pour élaborer un projet commun d’assassinat de Fidel Castro.
Début 1961, Fidel Castro subit une tentative d’assassinat pas comme les autres.
Une jeune dame qui visiblement le connait a réussi à pénétrer dans sa suite. Elle a pour mission de l’assassiner et Castro le sait. Ce soir-là, lorsque Castro entre dans sa suite, il est assailli par cette jeune dame qui pointe un pistolet vers lui. Avec le sourire au bout des lèvres, Castro va lui lancer : « Oh, ma petite Allemande ! Nul ne peut me tuer ! ». La jeune dame va lâcher son arme, fondre en larmes et se jeter dans les bras de Castro.


Qui est donc cette jeune femme qui voulait assassiner le guide de la révolution Cubaine ?
Marita Lorenz est une jeune allemande née en 1939 qui a vécu une relation d’amour torride avec Fidel Franco.
Marita est la fille d’un Capitaine de navires de croisière. Elle accompagnait son père dans ses voyages. En 1959, le navire « Le Berlin » commandé par son père accoste au port de la Havane à Cuba. Le lendemain matin, la jeune fille d’à peine 19 ans voit s’approcher du navire de son père des petites vedettes remplies de types barbus, armés, en uniforme kaki. Le plus grand de ces barbus, un homme beau qui fumait du cigare va demander à la jeune fille à monter pour visiter le navire. Celle-ci va accepter de lui faire visiter le bateau de la salle des machines à la première classe.


Cet homme barbu de 33 ans fumant un cigare est très charismatique et dégage une certaine assurance. C’est un certain Docteur Fidel Castro. La jeune fille qui lui sert de guide va tomber sous son charme. L’ayant constaté, Fidel va lui demander où se trouve sa cabine. Une fois près de la porte de la cabine, Castro la pousse à l’intérieur et l’embrasse avec fourgue. C’était là le premier baiser de Marita avec un homme. L’endroit étant indiscret, ils ne feront pas l’amour mais Marita est littéralement conquise par Fidel Castro. Elle va lui donner son numéro de téléphone. Fidel lui dira dans le creux de l’oreille : « Ne t’inquiète pas, nous nous reverrons bientôt ».


Quelques jours après, Marita retourne à New York où elle vivait avec son Frère. L’image de Fidel Castro l’embrassant hante toute ses nuits, elle ne rêve que de lui. Un jour, le téléphone sonne. C’est Fidel qui l’invite à la Havane ; elle croit rêver. Dès le lendemain, Marita prend le premier vol en destination de Cuba via Cuba Airlines. A cette époque, c’était possible car Fidel Castro n’avait pas encore rompu les relations avec les Etats-Unis. Amoureuse, Marita ira à Cuba sans rien dire à ses parents. A la Havane, elle sera logée au 4ième étage dans la suite 2408 de l’hôtel Hilton où logeait Castro. Son frère Raul et Che Guevara occupaient les chambres d’à côté. Dès la première nuit, les deux tourtereaux feront copieusement l’amour. Elle restera huit mois et demi à ses côtés de mars à novembre 1959.
Alors que Marita se voit déjà être la future épouse de Fidel Castro, celui-ci lui lance net : « Je suis déjà marier à mon Pays, Cuba. C’est mon seul et unique amour ». Castro est un homme à femmes bien qu’étant régulièrement avec Marita, il multiplie les conquêtes et les aventures ; ce qui rendait Marita folle de jalousie.
Un événement imprévu va se produire : Marita tombe enceinte de Fidel Castro et est décidé à garder l’enfant. Fidel lui garantit que tout va bien se passer.


A cette période-là, Marita fait la rencontre à Cuba d’un espion américain ; un certain Frank Sturgis qui se présente comme un allié à Castro. Il propose à Marita de l’aider à fuir Cuba. Celle-ci va décliner l’offre. En effet, Castro avait gardé les papiers de Marita pour qu’elle ne quitte pas l’île avec son fœtus.
En octobre 1959, Marita est victime d’un empoisonnement. Après avoir ingurgité une boisson, elle s’écroule. Elle est transportée aux urgences et son rapatriement est organisé par avion vers les Etats-Unis. Lorsqu’elle se réveille dans une chambre de l’hôpital Roosevelt, à Manhattan, elle ne se rappelle plus rien. Elle constate néanmoins qu’elle n’est plus enceinte.
Que s’est-il passé ?
Lorsqu’elle était dans le Coma à Cuba avant son rapatriement, son accouchement a été provoqué et elle a donné naissance à un garçon eu nom d’Andres Vazquez.
Elle va voir son fils physiquement pour la première fois en 1981, quand elle est allée revoir Fidel pour la dernière fois, après vingt ans d’absence.
Pendant sa convalescence, Marita va recevoir des agents de la CIA qui vont lui raconter des horreurs sur Fidel. Ils vont progressivement gagner sa confiance et la retourner. Elle devient donc une espionne et est envoyée à Cuba en 1961 pour assassiner Castro. Bien que devant Castro et l’arme braquée contre lui, elle n’y arrivera pas. Après cet échec, les services secrets étaient très furieux contre elle.
Marita a passé toute sa vie directement ou indirectement, au service du contre-espionnage américain. Elle n’a plus jamais revu le fils qu’elle a eu avec Castro. Elle a terminé sa vie dans un trou à rats dans le Queens, un demi-sous-sol, avec son chat et ses poissons orange. Elle vivait de l’aide publique et occupait ses journées, assise sur son canapé à observer les poissons dans son grand aquarium.
Maîtresse de Fidel à 19 ans, Marita Lorenz qui avait été retournée par la CIA pour l’assassiner est décédée en mars 2019 à l’âge de 80 ans,
Arol KETCH – 11.03.2022
Rat des archives

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!