Abomah, la géante africaine

Ella Williams, plus sous le nom de Ella Abomah est une femme qui a connu la célébrité à la fin des années 1800 en raison de son immense taille. En effet, avec une taille avoisinant  2 m 30 , elle était l’objet de curiosité. C’était la femme la plus grande du monde de la fin du 19 -ème siècle au début du 20 -ème siècle

Ella Grigsby est née en octobre 1865 de parents esclaves,  près de Cross Hill dans le Comté de Laurens en Caroline du sud au lendemain de l’adoption du 13ème amendement de la constitution américaine.  Travaillant durant son adolescence pour Elihu et Harriet Williams, elle prit leur nom de famille “Williams” en lieu et place de celui de “Grigsby” du nom du  propriétaire de ses parents.

Ella Williams est contactée par divers promoteurs de cirque et de spectacles pour signer un contrat et une tournée en tant que géante, en raison de sa taille imposante mais elle a toujours été très réticente. Elle travaillait comme cuisinière dans sa Caroline du Sud natale.

En 1896, elle se laisse convaincre par un certain Frank Bostock qui se propose d’exploiter sa grande taille pour l’emmener en tournée à travers le monde. Elle a alors 31 ans. Malgré ses appréhensions et ses réticences, elle commence sa carrière sur les côtes anglaises et adopte le nom “Abomah”. En effet ses managers lui suggèrent de se faire appeler « Abomah » afin de dérouler un narratif faisant croire qu’elle serait issue de la lignée des fameuses amazones de l’empire du Dahomey ( aujourd’hui Bénin). D’ailleurs son nom « Abomah » dérive de « Abomey » la capitale de l’Empire Dahomey.

C’est ainsi qu’un article du journal britannique, London Tit-Bits du 7 septembre 1900 publiait:

“Elle était autrefois l’une des garde du corps du Roi du Dahomey, dont les guerrières amazoniens ont été célèbres pour leurs prouesses … Dès la petite enfance, elle a été soumise aux épreuves et à la douleur. Sa stature augmentant hors de proportion avec les années, elle devint une favorite du monarque et dirigea son armée. Cette femme extraordinaire mesure plus de huit pieds (plus de 2 mètres de hauteur) et peut facilement supporter le poids d’un homme sur sa main tendue. La beauté sombre, ayant manifesté un fort désir de voyager, et en particulier de visiter l’Angleterre, fera sans doute bientôt une visite dans nos principales villes.”

Elle démarre sa tournée dans les îles britanniques, le racisme en Europe y étant moins virulent qu’aux Etats – Unis. 

Au cours de ses 30 années de carrière comme attraction au Music-Hall, la géante Abomah a fait le tour du monde. Elle a voyagé en Grande-Bretagne, en Europe, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Amérique du Sud et aussi dans les Caraïbes.

En Juin 1900, alors qu’elle commençait à avoir de la notoriété en Europe, la presse Américaine écrivait ceci à son sujet:

 » Une Géante Africaine appelée Abomah, un superbe spécimen de la femme noire qui défraie la chronique. Elle est épatante, époustouflante, envoûtante… Avec sa taille imposante, sa protubérance musculaire ahurissante et ses goûts raffinés, elle est sans l’ombre d’un doute la femme plus étonnante qui n’ait jamais existé. Elle nous vient du Royaume Dahomey, cette Negresse fort belle et sûre d’elle pour offrir au monde entier une singularité et des performances d’un rare grandiose… « 

Voici ce qu’on pouvait lire dans la presse française à son sujet (La Culture physique : revue bi-mensuelle illustrée, du 01 /11/  1910))  :

“Elle mesure, annonce-t-on, 2m30. Quant à son poids, il est, paraît-il, de 100 kg. Un fort brin de femme, comme on voit. Son numéro de chant est très comique et

a, par lui-même, un attrait indépendant de celui que peut offrir la vue de l’exécutante. Miss Abomah est d’ailleurs fort gaie de nature et conserve sa gaieté « à la ville». Elle rit toujours et quand elle le fait, elle découvre une mâchoire, très belle d’ailleurs, formidablement armée et qui présage un honnête appétit. Qu’on en juge, par ces détails qu’on nous a donnés sur son alimentation :  pour  petit déjeuner, Miss Abomah se contente généralement «d’un litre et demi

de café au lait, d’un kg  de pain et d’une livre de beurre. ça lui permet de patienter jusqu’à midi, heure à laquelle elle fait son grand repas de la

journée. Celui-ci se compose de : 1 kg. de viande, 1 kg. de poisson, 4 kg. de légumes.

Le tout se termine par l’assimilation rapide d’un poulet. Ne parlons pas du dessert : menues babioles que tout cela.

Ainsi lestée, Miss Abomah ne fait plus qu’un seul repas dans sa journée, le soir. Repas tout simple, pourrions-nous dire, et en tout cas peu varié, puisque la géante se contente de gober 3 douzaines d’oeufs”.

L’Indépendant de Mostaganem disait d’elle le 14 Mai 1911 :  « Son appétit est extraordinaire. D’après les dires de son imprésario, elle boit un litre et demi de café au lait, un kilo et demi de pain et un livre de beurre à son petit déjeuner du matin. A midi, elle engloutit un kilo de viande, un kilo de poisson, quatre kilos de légumes et deux poulets, avec deux kilos de pain. Le soir, elle mange peu de viande, des légumes et trois douzaines d’œufs. Elle boit seulement du thé et de l’eau minérale.

Fait curieux: Mlle Abomah, dont la voix rappelle le rugissement d’un lion, dans le désert est venue en France pour trouver un mari.Mais elle exige que ce dernier soit de toute petite taille. »

Avec le déclenchement de la première guerre mondiale,  elle est revenue aux Etats-Unis et a terminé ses jours  dans l’oubli, l’abandon et le dénuement. Elle est morte le 04 mars 1925.

Certaines sources soutiennent que la géante Abomah faisait encore des spectacles dans les années 1920 avant de quitter la scène.

Arol KETCH – 20.05.2022

Rat des archives 

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!