Agathe Habyarimana, « L’ange noire »

Née en 1942, Agathe Habyarimana est la veuve de Juvénal Habyarimana (président de la République du Rwanda du 5 juillet 1973 au 6 avril 1994) dont l’assassinat en 1994 fut l’élément déclencheur du génocide contre les Tutsi.
Elle est considérée par de nombreux chercheurs comme étant la véritable patronne de l’Akazu (petite case) du nom d’une organisation qui aurait été formée autour du président du Rwanda, Juvénal Habyarimana.
Ce cercle restreint au sommet de l’Etat avait pour but d’organiser et d’exécuter le plan d’extermination des tutsi. L’akazu était constituée de plusieurs proches d’Agathe Habyarimana, notamment Protais Zigiranyirazo son frère, ses cousins Élie Sagatwa, Séraphin Rwabukumba.
Selon certaines études, ce groupuscule finançait les Interahamwe (la milice du Mouvement National pour la Reconstruction et le Développement), les escadrons de la mort « Réseau Zéro » (ou « Zero tutsis ») et Amasasu (balles) qui se sont tous deux chargés des assassinats politiques avant le 16 avril et durant le génocide.
Mme Habyarimana aurait elle-même été impliquée dans certaines des premières décisions politiques prises avant le 9 avril, date à la laquelle elle fut au nombre des premières personnalités évacuées sur Paris par les Français. Elle aurait joué un rôle crucial dans l’animation des milices Interahamwe et dans le soutien de la propagande de la radio des Mille Collines de triste renommée.
Sous l’apparence angélique d’une femme inoffensive se cacherait probablement l’instigatrice de l’un des plus grands génocides du 20ième siècle. D’où le surnom d’« Ange noir » qu’elle aurait amplement mérité.
Extrait de mon livre « Surnoms des hommes et femmes qui ont marqué l’Histoire contemporaine de l’Afrique ».


Arol KETCH – 08.04.2021
Fourmi Magnan égarée

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!