Ndjomzeu et Oumbé : Condamnés à mort et fusillés!

Au Cameroun, 4 personnes viennent d’être condamnés à mort par fusillade ; occasion pour nous de revenir sur l’affaire Mpondo et l’exécution de Ndjomzeu et Oumbé. Dans la nuit du Jeudi 7 juin au Vendredi 8 juin 1979, une famille est décimée à Bonaberi à Douala aux environs du Lycée polyvalent. Le père, la mère et leur enfant de 3 ans sont sauvagement assassinés et leurs corps jetés dans une fausse. Même le chien n’a pas été épargné. Le bébé âgé de quelques mois a été enfermé dans le tiroir d’une commode.

Les premiers soupçons vont directement vers Sylvestre Ndjomzeu âgé de 20 ans, gardien chez les Mpondo et son ami Oumbé âgé de 23 ans.En réalité, nous faisons face ici à un crime politique. Ils ne doivent pas parler. Ils sont en réalité des boucs émissaires utilisés par la justice pour couvrir les véritables coupables, des hauts dignitaires du régime.Depuis le couloir de la mort, ils clamaient leur innocence : « Nous voulons voir le gouverneur ! Ceux qui ont tué vivent dans la richesse et nous, on veut nous tuer ? On vous laisse avec votre Cameroun. »

Ils ont été exécutés alors que le Cameroun n’exécutait plus les condamnés à mort. C’est comme s’il était question d’enterrer un secret. Les véritables coupables sont encore parmi nous pour certains. Il est donc temps de poser le débat sur la peine de mort au Cameroun. L’Histoire nous apprend qu’à chaque fois que des condamnés à mort ont été exécutés au Cameroun, c’était pour protéger des puissants commanditaires du crime.

Voici l’histoire de Ndjomzeu et Oumbé racontée en suivant ce lien YouTube : https://youtu.be/WzKSUNlgjsQ

Arol KETCH – 09.09.2021

Rat des archives

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!