Manoka, la mystérieuse île prison 

Manoka est la plus grande île du Cameroun. Elle est située non loin du petit port de pêche de Youpwé aux encablures de la ville de Douala au Cameroun. Elle a pour populations autochtones les Malimba. Une grande communauté de Nigérians vit à Manoka.

C’est une île hautement historique. On y retrouve encore quelques vestiges coloniaux  à l’instar de la prison de Douala Manga Bell. Cet édifice bâti par les allemands autour de 1910 trône encore fièrement sur les rives de Manoka.  

En effet, il s’agit d’une prison bâtie par les allemands pour enfermer les résistants qui s’opposaient à la colonisation allemande au Cameroun. Cette prison est une véritable forteresse indestructible construite en béton armé.

La colonisation allemande commence en 1884 avec la signature en juillet d’un traité entre les rois Bell et King Akwa et les représentants de nombreuses firmes commerçantes allemandes.

Cet édifice est communément appelé “la prison de Douala Manga Bell” du nom du roi bell qui y a été emprisonné avant d’être exécuté par les allemands en 1914.  Ce vieil édifice comprend une tour, quatre canons géants pointant vers la mer, un bunker, un dépôt de munitions et sa fameuse prison.

Jusqu’à dans les années 70, cette île fut une prison politique, où de nombreux opposants furent noyés.

Le nom “Maonka” est aussi un héritage de la colonisation allemande. La légende raconte que l’île s’appelait autrefois Malendè. Pendant leur pénétration coloniale, des religieux allemands s’y sont installés.  

Lors du décès de la sœur Monika, sa dépouille aurait été inhumée non loin de l’actuel emplacement de la brigade. C’est donc en sa mémoire que les religieux allemands auraient baptisé cette île au nom de « Monika». Lorsque les allemands vont quitter le Cameroun, les populations locales ont transformé le nom de l’île en “Manoka”.

Après le départ des Allemands, les populations ont transformé le nom de l’île en Manoka.

Pour l’artiste camerounais Muntu Valdo, la légende sur la soeur “Monika” est arrangée et erronée.

L’île s’est toujours appelée Manoka ou plus précisément en langue locale (Limba), Munōkō.

Malende était juste un petit lieu ou une petite agglomération sur l’île où on cultivait le palmier à huile. Rappelons que cette île est à elle seule plus vaste que le reste de la ville de Douala.

“Munoko” à deux significations qui dans le cas de cette île se rejoignent d’ailleurs.

  1. Munoko = hameau (sens large); une cabane, une habitation (sens restreint)
  2. Munoko, étymologiquement, vient de Munō ou Munoho qui veut dire : Quelqu’un qui maîtrise les eaux; un « loup de mer » , un excellent nageur.

D’ailleurs les Batanga qui sont une ethnie descendante des Malimba (autochtones des lieux) sont aussi appelés Banoko ou Banoho, car ils sont en général des seigneurs en ce qui concerne la navigation marine et la maîtrise des eaux. Banoko est le pluriel de Munoko.

Toujours est -il que cette île est aussi un haut lieu touristique. Elle est constituée de vastes plages au sable fin et blanc. La végétation y est luxuriante avec une flore impressionnante. D’énormes palétuviers et leurs grandes racines longent le fleuve. A l’époque coloniale, cette île était réputée pour la qualité de son bois. Les colons français y avaient installé une scierie.

Le moyen de transport privilégié pour se rendre à Monoka, c’est la pirogue. 

Les habitants vivent essentiellement de la pêche et du fumage du poisson.

Je vous suggère de visiter cette île et vous ne le regretterez pas.

Une île remplie de mystères, dotée d’une plage magnifique, d’un écosystème d’une diversité rare.

Arol KETCH – 16.05.2022

Rat des archives 

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!