15/12/1925 – 15/12/2021 : Il y a 96 ans la mort de Battling Siki


Le fameux combat Battling Siki VS Georges Carpentier
Né le 16 septembre 1897 à Saint-Louis, Battling Siki fut le premier africain à devenir champion du monde. Siki n’échappera pas au racisme tout au long de sa carrière.
Son combat contre Georges Carpentier restera dans les annales de l’histoire de la boxe. Peu avant le combat, on ne vendait pas cher la peau de Battling Siki. Paris Match écrit : « Le problème est de savoir si un Blanc vaut deux Noirs – comme pour les notes de musique… ».
Le grand jour arrive, près de 50 000 spectateurs emplissent les gradins du stade Buffalo. Tandis qu’on bande les mains des deux boxeurs, Carpentier lève les yeux, regarde le ciel plombé de lourds nuages gris et lance à un public entièrement acquis : « Dépêchons-nous. Il va pleuvoir ! ». Le ton est donné ! Le gong retentit. Les deux hommes se ruent l’un vers l’autre. Siki boxe de manière inhabituelle, il se laisse faire et réplique aux violents assauts de son challenger par de petites touches.
Siki est mis deux fois au tapis lors des deux premiers rounds, mais à chaque fois, il se relève. Au 4ième round Carpentier se montre encore plus offensif, il déchaîne ses coups, cogne fort un adversaire qui essaie à peine d’éviter ses coups. En effet, le combat est truqué. Il a été convenu que Siki doit s’étaler au 4ième round pour que son manager empoche la rondelette somme de deux cent mille francs.


Las de subir les assauts et les coups violents de Carpentier, Siki décide de répliquer. Il donne un seul coup. Un coup qui fait mouche puisque Carpentier surpris, est plongé au tapis. Il se lève en titubant et est prêt à laver l’affront subi. « Au quatrième round, quand je me suis vu à genoux devant cinquante mille personnes, raconte Siki, je me suis dit ‘’ Voyons, Siki, tu n’as jamais été à genoux en public comme tu t’y trouves en ce moment…’’ Et mon sang n’a fait qu’un tour. Je me suis redressé et j’ai frappé […]. Pourtant, Hellers me murmurait à l’oreille : ‘’est-ce que tu vas faire l’imbécile ? Oublies-tu ce qui est convenu ?’’ Ce qui était convenu, c’est que je devais m’étendre les bras en croix au quatrième round. Si je l’avais fait, Hellers aurait gagné deux cent mille francs ; Mais je ne l’ai pas voulu. »
Siki qui semblait en déroute quelques instants auparavant reprend des forces et paraît indestructible, invulnérable. Lorsque le gong annonce le début du sixième round, Carpentier n’est plus en mesure de remporter le combat. Usé, il avance craintif vers Siki les jambes tremblantes. Dans un dernier sursaut d’orgueil, Carpentier se jette tel un taureau poing en avant sur son adversaire, Siki esquive la charge avec agilité. Carpentier tombe et se tient la jambe en hurlant de douleur. Il accuse Siki de lui avoir fait un croc-en-jambe. L’arbitre consulte les autres juges et annoncent que Siki est disqualifié. Georges Carpentier est déclaré vainqueur. C’est alors que se produit un évènement inédit dans l’Histoire de la boxe.


Les cinquante mille spectateurs du stade Buffalo se mettent à scander : « Siki vainqueur ! Siki vainqueur ! ». Les juges se réunissent en conciliabule pendant une quinzaine de minutes, puis l’arbitre s’approche de Siki, l’amène au centre du ring et lui lève le bras en signe de victoire sous les acclamations du public ! Battling Siki devient champion de France, d’Europe et du monde en même temps.
Source : « surnoms des hommes et femmes qui ont marqué l’Histoire contemporaine de l’Afrique » par Arol Ketchiemen
Le livre est disponible sur Amazon : https://amzn.to/2QH5q56
Arol KETCH

Fourmi Magnan égarée

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!