Manute Bol, le géant au grand cœur

Aujourd’hui, je vais vous raconter l’histoire d’un géant qui a tellement aimé ses compatriotes au point où il a tout sacrifié pour eux.
Manute Bol est né le 16 octobre 1962 au Soudan. En réalité, cette date est fictive. Lorsqu’il arrive aux Etats-Unis, Manute Bol n’a aucun papier et ne connaît pas sa date de naissance. C’est ainsi que son coach universitaire John Mackey va décider de lui donner une date de naissance au hasard.
Il est repéré en 1982 par Don Feeley un entraîneur de basket-ball à l’Université Fairleigh qui s’était rendu au Soudan pour entraîner et organiser des stages pour l’équipe nationale soudanaise. Séduit par la grande taille du gamin et ses potentialités, Feeley va le convaincre d’aller aux Etats-Unis pour jouer au basket-ball. Manute Bol est issu d’une famille de géants ; son père mesurait 2,03 mètres, sa mère 2,08 mètres et son arrière-grand-père 2, 39 mètres.
A son arrivée aux Etats-Unis, Bol ne savait pas parler ni écrire l’anglais. Il va suivre des cours spéciaux pendant plusieurs mois. Compte tenu de son faible niveau, il ne sera pas admis à l’université de Cleveland qu’il était censé intégrer. Bol n’a jamais joué de match pour cette université. Bol va s’inscrire à l’Université de Bridgeport, une école qui offrait un programme d’anglais pour les étudiants étrangers. Là-bas, il jouera pour les Purple Knights lors de la saison 1984–85. Il va se faire repérer par ses excellentes performances. Il devient professionnel en mai 1985, en signant avec les Rhode Island Gulls. Il devient le premier Soudanais à jouer en NBA. Il y jouera pendant 10 ans, portant le maillot de quatre équipes différentes.


Redoutable contreur, il a laissé une empreinte inoubliable. Il a par exemple réalisé une série de trois points un soir d’hiver 1993. Bol est le seul joueur de la NBA à avoir totalisé plus de contres que de points marqués.
Il est le meilleur contreur NBA en 1986 avec 5,0 contres par match et en 1989 avec 4,3 contres par match. Lors de ces deux saisons, il fut également le joueur qui comptait le plus de contres sur l’ensemble de la saison avec respectivement 397 et 385 contres au total. Il fait partie des meilleurs contreurs de l’histoire de la NBA. Il a également été élu dans la NBA All-Defensive Second Team en 1986. Il est l’un des rares joueurs à maîtriser la technique dite du skyhook (bras roulé).
Bol a largement profité de sa notoriété pour faire connaître la situation de son pays alors en guerre civile. Il avait le cœur sur la main. Il va utiliser toute sa fortune pour aider les populations de son pays ravagé par la guerre au point de se ruiner et de s’endetter lourdement. Il était connu pour sa générosité et sa gentillesse légendaire ; il donnait tout ce qu’il avait.
Le célèbre basketteur américain Charles Barkley qui était son ami disait ceci à son sujet : « Si tous les humains dans ce monde étaient comme Manute Bol, c’est un monde dans lequel je voudrais vivre. Il est intelligent. Il lit le New York Times. Il se cultive, il s’intéresse aux autres, il sait ce qui se passe sur beaucoup de sujets. Il est différent des autres basketteurs. »
Bol s’est battu pendant et après sa carrière pour promouvoir les droits de l’homme dans son Soudan natal et apporter son aide aux réfugiés soudanais. Il visitait régulièrement les camps de refugiés et leur apportait son soutien sous différentes formes.
En 2001, il refuse le poste de ministre des sports que lui propose son pays car l’une des conditions était qu’il se convertisse à l’Islam, or il était chrétien.
Peu de temps après, il est interdit de quitter le territoire soudanais ; on lui reproche de soutenir les sécessionnistes du Sud Soudan. Grâce à la mobilisation de nombreux soutiens aux Etats-Unis, il va réussir à avoir un billet d’avion pour Le Caire en Egypte. Après plusieurs mois de négociations avec le consulat américain au Caire, lui et sa famille vont obtenir le statut de refugié et quitter l’Egypte pour retourner aux Etats-Unis.
Depuis les Etats-Unis, Bol continue à apporter son soutien aux populations de son pays ; il crée une fondation et fait des collectes de fonds pour les réfugiés soudanais. Bol va donner toute sa fortune pour cette cause. Il multiplie des apparitions publicitaires afin de recueillir de l’argent pour les enfants du Soudan. Il participe à des événements visant à rechercher une solution au génocide au Darfour et à sensibiliser sur l’esclavage moderne et aux violations des droits de l’homme dans tout le Soudan. Il a aussi beaucoup œuvré pour la réconciliation au Soudan et pour l’éducation des enfants du Sud-Soudan.
Bol est mort le 19 juin 2010 à l’âge de 47 ans des suites de complications d’un syndrome de Stevens-Johnson, accompagné de complications rénales. Ruiné financièrement parce qu’il avait consacré toute sa fortune à aider son pays, il n’avait même plus s’assurance maladie pour se soigner convenablement.
Il a été enterré le 4 juillet 2010 à Turalei, au Soudan du Sud, selon les rites Dinkas.
Il a eu 10 enfants avec 2 femmes différentes. Son fils, Madut a joué au basketball à un haut niveau sur le plan universitaire. Son fils Bol Manute Bol joue actuellement à la NBA où il est l’un des joueurs les plus grands perpétuant ainsi la légende de son père.
Arol KETCH – 08.11.2021

Rat des archives

Fourmi Magnan égarée

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!