Paul Kern, l’homme qui ne dormait plus

Paul Kern, l’homme qui ne dormait plus

C’est l’histoire d’un homme qui n’a pas dormi pendant 40 ans. Ainsi donc, on peut vivre sans dormir. Son cas a fasciné les scientifiques dont certains rêvaient de supprimer le sommeil.

Paul Kern est un soldat hongrois qui durant la Première Guerre mondiale a reçu une balle dans la tête tirée par un soldat russe.

Blessé et tombé inerte, Paul Kern est ramassé sur le champ de bataille et transféré à l’hôpital de Lemberg. Les médecins l’opèrent en urgence pour lui enlever la balle logée dans son lobe frontal droit. Ils ne peuvent éviter la trépanation.

Cette balle le priva d’une partie du lobe frontal ce qui eut pour conséquence qu’il perdit le sommeil à jamais. Fait extraordinaire, il n’en souffrait aucunement. En effet, il n’éprouvait aucune envie de dormir et n’en ressentait ni trouble, ni fatigue. Il se reposait seulement de temps en temps en fermant les yeux sans jamais tomber dans la phase de sommeil. Et c’était très douloureux pour lui de fermer les yeux, cela le rendait très nerveux.

Il reprend peu à peu une vie normale. À la fin de la guerre, il retrouve son poste de fonctionnaire au ministère des Pensions.

Voici ce que raconte le journaliste Clément Vautel dans un article du Dimanche Illustré consacré à Paul Kern dans les années 1930 :

“ Quand Paul Kern a rempli sa tâche quotidienne, il rentre chez lui, s’entretient avec les membres de sa famille jusqu’à ce que ceux-ci aillent se coucher, puis il passe la nuit à lire et à écouter la T.S.F. : espérons, pour ses voisins, qu’il y met, comme on dit, une sourdine. De temps en temps, il se repose et ferme les paupières, mais ce n’est qu’afin d’éviter le surmenage de ses yeux, car jamais, au grand jamais, le marchand de sable ne passe pour lui. S’il vit doublement, Kern mange doublement aussi : il prend quatre repas le jour et il en prend autant la nuit”

Paul Kern va se confier à un autre journaliste : “Je ne peux pas me coucher, car il n’y a rien de plus atroce que de se trouver dans un lit et de ne pas pouvoir dormir. J’ai consulté les meilleurs neurologues, j’ai pris des somnifères — rien, rien n’a pu me guérir.”

Cette situation va avoir un sérieux coup sur sa vie privée. Sa femme va le quitter parce qu’il ne dormait pas la nuit et se promenait dans l’appartement. Celle-ci était aussi gênée par les publications récurrentes de photos de son mari dans des revues médicales, accompagnant des articles, écrits par les plus célèbres médecins de l’Europe Centrale.

Paul Kern reste une énigme pour la science. Son cas a été étudié par les plus éminents spécialistes d’Europe. ll a même reçu même une invitation de la part de l’Institut Rockefeller aux États-Unis en vue de venir passer un séjour à New York tous frais payés, afin d’être étudié pendant plusieurs mois.

La situation que vivait Paul Kern a fait rêver des chercheurs qui souhaitent supprimer le sommeil chez l’être humain. En effet, l’être humain passe en moyenne un tiers de sa vie à dormir durant son existence; du temps perdu pour certains savants.

Les recherches n’aboutiront pas car Paul Kern est décédé en 1955.

Paul Kern restera une énigme pour la science, jusqu’à sa mort en 1955, quarante ans après la blessure qui le priva de sommeil.

Un autre cas similaire à celui de Paul Kern a été identifié des années plus tard. C’est celui d’un agriculteur vienaniem qui n’a plus trouvé le sommeil depuis 1973 après avoir pris un médicament contre une forte fièvre. Ce cas a aussi longuement intéressé les chercheurs.

“ Dormir ! qu’est ce que celà veut dire ?” s’écriait régulièrement Paul Kern qui avait perdu la sensation de sommeil.

Arol KETCH – 03.01.2022

Rat des archives

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

error: Content is protected !!